L'avortement sélectif sévit jusqu'en Norvège

Publié le par Avortementivg

Sissel Rogne, la directrice de l’organisation médicale étatique norvégienne Bioteknologinemnda, déclare que la plupart des foetus norvégiens qui ont été avortés en Suède sont des filles.

Comment expliquer ce mystère ?

La Norvège et la Suède sont pourtant bien tous deux des pays où l’avortement est autorisé. Pourquoi des Norvégiennes iraient-elles en Suède pour se faire avorter quand elles attendent une fille, et resteraient-elles en Norvège pour l’avortement d’un garçon?

La réponse de Bioteknologinemnda est simple : parce que ces Norvégiennes qui avortent en Suède sont en fait des immigrées (comprenez : des musulmanes). La sage-femme Sara Kahsay déclare que ces patientes sont surtout d’origine pakistanaise, et qu’elle entend souvent leurs parents masculins - mari, oncle, frère - déclarer ouvertement qu’ils ne veulent que d’un garçon.

Il se trouve que l’avortement peut être accompli jusqu’à la 12ème semaine en Norvège, et jusqu’à la 18ème en Suède. Le sexe du foetus n’est révélé aux parents norvégiens qu’au terme de ces douze semaines.  Si la réponse sonne aux oreilles mahométanes comme une catastrophe (à savoir qu’il s’agit d’une fille…), il ne reste qu’à traverser la frontière pour s’en débarrasser… !

Une annonce qui pose une nouvelle fois la question des délais d'avortement, d'autant que les tests sont de plus en plus sophistiqués : aujourd'hui, on peut savoir le sexe de l'enfant dès 8 semaines.


Sources : Bivouac-id ( à partir du journal danois Kristeligt Dagblad et du journal norvégien Vårt Land).

 

A lire aussi :

 

Etats-Unis : L'avortement sélectif se propage

 

Avortement sélectif: il manque désormais 163 millions de femme en Asie


 Vous désirez un garçon ou une fille?

Viêt-Nam : Avortement sélectif et déséquilibre des sexes

Publié dans Actualité Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article