Allemagne: les députés durcissent les conditions d'avortement tardif

Publié le par Avortementivg

Les députés allemands ont durci mercredi les conditions posées à un avortement tardif, c'est-à-dire au-delà de la 12e semaine de grossesse, en introduisant un délai de réflexion obligatoire de trois jours après avis médical.

 

Lors d'un vote où les partis avaient renoncé à toute consigne de vote pour laisser chaque député choisir selon sa conscience, 326 sur 560 élus présents de l'assemblée, issus d'horizons politiques divers, ont opté pour ce durcissement de la loi.

 

"Je trouve qu'introduire une pause de réflexion, ce n'est pas un poids supplémentaire (pour la femme enceinte), c'est nécessaire", a estimé à la tribune le député chrétien-social (CSU) Johannes Singhammer, qui soutenait le projet de loi, à l'instar de la présidente de la Commission des Affaires familiales, la social-démocrate Kerstin Griese (SPD).

 

En Allemagne, l'avortement est illégal mais il est dépénalisé s'il a lieu avant la 12e semaine de grossesse et si la femme enceinte s'est au préalable rendue dans un centre de conseil sur la grossesse. Elle doit produire un certificat. Une majorité de ces centres sont gérés par des associations affiliées à des églises.

 

Au-delà de douze semaines, avorter est normalement impossible, sauf pour raison médicale, à savoir "si la santé physique ou morale de la mère est en danger".

 

Le diagnostic d'un enfant handicapé n'est en soi pas une raison suffisante pour avorter, selon les textes allemands. Dans les faits toutefois, il débouche souvent sur la décision d'avorter.

 

C'est pour combattre cet "automatisme" que les députés ont décidé de renforcer la loi et pour que la femme puisse décider "librement" et "sans pression" médicale d'avorter ou non.

 

Dorénavant, une femme qui se verra diagnostiquer in utero un enfant handicapé devra impérativement attendre trois jours avant de formuler une demande d'avortement et les médecins devront veiller à ce qu'elle reçoive le soutien psychologique et les conseils adéquats, sous peine d'écoper une amende pouvant aller jusqu'à 5.000 euros.

 

Sur quelque 115.000 avortements enregistrés en Allemagne en 2008, environ 3.000 ont eu lieu pour raison médicale, dont 231 après la 23e semaine de grossesse.

 

Source : Romandie News

Publié dans Actualité Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article